Partagez | 
 

 Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Sam 26 Nov - 22:39


Il avait eu un week-end des plus harassants, tuant même, à courir partout. Liam et lui n'avaient absolument pas chômé. De plus, ils ne devaient pas travailler samedi de nuit. Et pour X raison, ils ont fait leurs deux jours d'affilés. Les patrons quand ça voulaient faire chier, c'étaient des rois. Liam et lui étaient les bonnes poires, peut-être parce qu'ils n'avaient que cela dans leurs vies respectives en faite. L'un courant après une chimère. L'autre cherchant à remplir les heures jusqu'au jour de sa mort. Mais depuis quelques temps, il avait rencontré une jeune fille qui sortait bien de l'ordinaire. Une magnifique blonde. Rencontre peu banale en y repensant. Elle était ivre dans un bar, il s'était prit d'affection pour elle. Pourquoi ? aucune idée, cependant elle avait ce petit quelque chose qui l'attirait vraiment. Ils ont passé la nuit ensemble, non rassurez-vous ! Jamais il n'aurait couché avec elle. Jamais il ne profiterait d'un tel état de faiblesse de la part d'une femme. Il n'était pas un chevalier servant et pieux, mais il n'était pas non plus un salopard. Il l'avait raccompagnée chez elle, elle lui avait demandé de dormir avec elle. Il avait dit oui. Point final. Et le lendemain, il est resté encore un peu avec elle, rencontrant son fils, un petit blondinet d'un an, un Matthew.

Charlie était le genre de femme qui lui plaisait vraiment, mais il avait toujours cette retenue en lui. Etre en couple très peu pour Andréa. Pas que ce ne soit pas tentant, mais il avait un métier à risque. Combien de policier mourrait tout les jours ? Il n'était pas une exception, et surtout, il ne se sentait pas encore assez stable, il savait qu'à la première dispute, tout risquait de partir en cacahuète parce que sous la colère il ne savait absolument pas se contrôler. Et il se disait que Charlie avait déjà dû en voir assez dans sa vie, il ne voulait pas en r'ajouter avec son coté "Orphelin mal dans sa peau ayant vécu un drame familial". Il n'était pas comme ça, et rester un simple ami avec elle c'était aussi un moyen de la protéger et aussi de lui prouver qu'il tenait à elle. Même si au fond... au fond il était un homme avec un coeur. Et puis Matt' le faisait craquer.

Bref. Aujourd'hui, il avait reçu un appel de sa blondinette qui était désespérée par une fuite d'eau dans sa salle de bain. La belle n'avait rien pour réparer les dégâts, et on était dimanche... Joindre un plombier aurait été presque mission impossible, sauf si il s'appelait Mario Kart et qu'il vivait dans votre console ! Il était encore au travail et déjà dans les heures sups quand elle appela. Il était hésitant. Il voulait l'aider, mais il ne pouvait pas laisser Liam seul. Son collègue lui ordonna presque de partir en disant qu'il finirait la paperasse tout seul ! Andréa souriait. Il prit juste le temps de prendre une douche et de se changer avant de débouler chez son amie à 21h. La salle de bain était quasiment inondée. Il retira son blouson, ses chaussures et ses chaussettes. Et il plongea sous l'évier. Essayant de rattraper le carnage, il se retrouva plus que trempé. L'eau était gelée en plus. Mais bizarrement il était content.

"Toi alors ! T'es la reine pour tout casser hein ?"

Il plaisantait bien évidement, et lorsque le dur labeur fut enfin terminé, il se redressa et retira son t-shirt mouillé et montra son corps fin et loin d'être parfait, mais musclé mine de rien.

"Brrr.... Il fait pas chaud quand même ! Tu sais que je suis nul pour jouer les pompiers d'habitude ? Mais bizarrement j'ai réussi pour une fois ! c'est cool !"

Il riait gentiment en venant lui embrasser la joue, il avait la chair de poule à cause du froid.

"Reste plus qu'à éponger tout ça, et ça devrait aller. Tu devrais quand même appeler un pompier. J'ai réparé comme j'ai pu mais ça devrait pas tenir un mois non plus. Ca va toi sinon ? Et Matthew ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Dim 27 Nov - 14:36


Andrea & Charlie

Andrea. Rencontrer un homme bien quand on est complètement saoûle dans un bar? C'est possible. J'avais eu besoin de faire autre chose, de sortir de mon lot quotidien. J'avais confié mon fils d'un an à sa baby-sitteuse et j'étais partis dans un bar, au hasard. Je n'avais pas prévu de chose précise. Je bus un premier verre. Et tandis que je repensais à tout ce qu'il m'était arrivé, à l'ironie de ma vie et de ma famille, les verres s'enchaînèrent. Puis une drague étrange en parlant de cacahuètes! Oui oui, Andrea a tenté de me draguer comme ça. J'en reviens toujours pas. Puis finalement, il m'avait empêché de continuer à boire et m'avait ramenée chez moi. Non, nous n'avons pas couché ensemble. Il avait passé la nuit avec moi, certes, mais sans que rien ne se soit passé. Le lendemain, il avait fait la rencontre de Matthew puis il avait du partir à son travail. On s'était revus. Ce que je voulais? Je n'en savais rien. Il était aux petits soins avec nous mais en même temps, j'avais l'impression que quelque chose le stoppait. Ce que lui voulait? Alors là, je le savais encore moins. Depuis le temps que je cherchais de la stabilité, Andrea venait au bon moment. Je n'étais pas insensible du tout à son charme. Mais... Etait-ce si stable que cela, que de sortir avec un flic qui risquait sa vie à longueur de journées? Alors pour l'instant, nous n'étions qu'amis...

Rah, fichu dimanche! Matthew était malade depuis deux ou trois jours et le médecin m'avait dit que je ne devais plus que le nourrir avec du lait en attendant qu'il aille mieux car il avait des problèmes de digestion. Préférant m'en occuper moi-même quand il n'était vraiment pas bien, j'avais demandé quelques jours de congés à ma patronne qui me les avait accordés sans problème. Heureusement pour moi, elle était très compréhensive. Après pas mal de cris et de pleurs, j'avais enfin réussi à le calmer quand un autre problème survint. Et évidemment, il fallait que ça arrive un dimanche! Un problème de plomberie dans la salle de bain. Qui appeler dans une telle situation? Sérieusement?! Je ne connaissais presque personne alors il ne me restait plus le choix: le prénom d'Andrea s'imposa de lui-même à mon esprit. Je l'appelais donc lui pour venir m'aider. Bien que je vivais seule depuis un petit moment, la plomberie n'était pas faite pour moi et ne le serait sans doute jamais. Lorsqu'il arriva, il était 21h et Matthew dormait déjà. Une chance. Andrea alla directement s'affairer au problème de la fuite. Alors qu'il commençait déjà à être trempé, il me dit que j'étais décidément la reine pour tout casser. Je souris doucement, ce qu'il ne pouvait sans doute pas voir, ni même ne serait-ce qu'apercevoir, et tandis qu'il réparait, j'allai lui préparer une tasse de café. Je revins avec la tasse en main, au même moment où il enleva son T-Shirt mouillé et qu'il disait ne faisait pas chaud mine de rien, m'informant que d'habitude il n'était pas doué pour jouer à ça mais que bizarrement, il avait réussis pour une fois. Je souris tandis qu'il vint embrasser ma jour puis je lui tendis la tasse de café chaud:

-Tiens, du café. Je vais te chercher de quoi t'essuyer.

Je m'éclipsai. Le voir torse nu, attention c'était pas rien. Je partis dans une autre pièce où se trouvait encore le linge que j'avais fraîchement repassé et je pris des serviettes que je lui ramenai à nouveau. Il me dit que je devrais tout de même appeler un plombier car ce qu'il avait fait ne devrait pas tenir un mois non plus. J'hochai la tête à son conseil en souriant, c'était bien mon intention. Je regardai l'étendue des dégâts et cela me fit soupirer doucement. Quand on avait pas de chance, on en avait pas. C'était comme ça et aucun karma ne pouvait visiblement le résoudre. Il me demanda alors si j'allais bien et me posa la même question concernant Matthew. Je le regardai:

-Ca va, je vais plutôt bien. Matthew est malade alors j'ai pris des jours de congé pour pouvoir m'en occuper moi-même. Et toi, tu vas bien?

Je pris ses vêtements mouillés et je les accrochai pour qu'ils sèchent rapidement. J'entrepris ensuite de nettoyer tout ça. Je ne mis pas très longtemps, organisée que j'étais. Le tout terminé, je le conduisis dans le salon et j'avais déjà ramené des couvertures pour qu'il ait bien chaud en attendant que ses vêtements sèchent. Oui, je pensais à tout moi!

-Tu peux t'installer sur le canapé. Je... Je reviens.

J'allais lui dire quelque chose quand l'interphone m'indiqua que le petit bout de chou pleurait. Je coupai donc mon début de phrase pour dire à Andrea que je revenais. Je m'éclipsai une nouvelle fois et pris Matthew dans mes bras pour revenir au salon avec lui. Je m'installai sur le canapé et je regardai Andrea:

-Merci d'être venu si vite. J'espère que je ne t'ai pas dérangé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Lun 28 Nov - 6:33

Il souriait en voyant la tasse de café bien chaud, il ne fallait pas lui en parler deux fois pour que le beau blond trempe ses lèvres dedans. Il soupirait faiblement d'aise. Que c'était bon. Il le dégustait doucement pendant elle répondait à ses questions. Pauvre petit bonhomme. Ce n'était certes pas grave, mais tout de même. Ce n'était pas agréable à vivre. Andréa était un véritable bébé lorsqu'il était grippé, enrhumé, ou pire. Il ne supportait pas ça, continuait à travailler, mais se plaignait pour un oui ou pour un non en faisant du boudin comme un gamin de 6 ans. Parfois il se disait que si il était comme ça maintenant, et surtout avec Liam c'était à cause de son passé. Il le comparait souvent à ce que son grand frère aurait pu être si on ne lui avait pas tranché la gorge avant. Il baissait ses yeux un instant pour évacuer se souvenir sans pour autant paraître mal. Son passé, il le gardait pour lui, et la dernière personne qui devait en être mise au courant pour le moment, c'était probablement Charlie.

"Je vais pas dire que ça va mal, ça va normal en faite !"

Il accepta volontiers l'invitation à se mettre dans le canapé ! Depuis combien de temps n'avait-il pas eu le droit au confort hein ? Après 22h de travail, fallait dire qu'il ne connaissait que 3 sortes de sièges : ceux de la voiture, ceux des bureaux, ceux des Wc.... Rien de très glorieux en somme. Alors là, il savourait pleinement le canapé et la couverture si gentiment offerte. Charlie était des plus adorables avec lui, et être cooconné comme ça, ça lui manquait, il en profitait un peu, mais chut c'était un secret. Elle s'en alla rapidement vers la chambre du petit. Le jeune flic ce mit à sourire en coin doucement. Et son sourire devint plus large lorsqu'elle revint avec Matthew. Il adorait vraiment ce little boy. Ils vinrent à ses cotés, Andréa s'empressa de tirer la langue au petit en signe de bonjour, petite geste qu'il fit aussi. Le jeune homme était tout fier d'avoir apprit quelque chose à un petit loup. Charlie le remercia pendant qu'il vidait le café encore chaud dans son gosier, puis il la regardait.

"Nan, toi me déranger ? Jamais, et je ne suis pas ironique ! et puis si tu m'avais pas appelé, je serais encore au boulot à faire des heures supplémentaires pour remplir de la paperasse que personne ne lit jamais !"

Il eut un bref soupire et posa sa tête contre le dossier de canapé, donnant sa main au petit qui la tripotait ou la mordait. Laissant un Andréa fatigué mais souriant et un peu en mode nounours.

"Et puis je travaille à nouveau demain à 8h mais après techniquement on est tranquille pour deux jours avec Liam. Ca va faire du bien. On a travaillé 11 jours d'affilé là sans pause. Enfin sans jour de repos entre quoi"

Enfin bref, il en avait un peu marre de ne parler que de lui, alors durant quelque seconde, il avait planté ses yeux dans ceux de la belle pour rougir quelque peu, puis, il s'était raclé la gorge en se recoiffant quelque peu par timidité. Fallait bien avouer, il n'avait jamais eu de petite amie avant, et encore moins d'amie fille.... Depuis le massacre de sa famille, Andréa était devenu renfermé, et un peu associable. L'école de police l'avait un peu sortit de ça, mais avant il n'avait jamais vraiment prit plaisir à vivre et à aller vers les gens jusque maintenant.

"C'est cool que ton patron te donne des jours pour t'occuper de lui. Le commissaire serait plutôt du genre : T'as voulu faire un gosse, t'assumes, et tu ramènes tes miches au bureau dans les 5mn qui suivent !!!"

Il eut un bon rire après avoir imité son boss.

"Pardon.... *petit soupire d'aise* Tu t'en sors vraiment bien avec lui, c'est remarquable. Je t'admire. Moi à ta place, je crois que j'aurais tout envoyé en l'air depuis longtemps."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Lun 28 Nov - 14:40

J'étais aux petits soins avec Andrea. Il avait déjà fait le généreux effort pour venir jusqu'ici afin de réparer mon problème de plomberie alors je pouvais bien faire en sorte d'éviter qu'il tombe malade par ma faute. Le pauvre était trempé. Donc un café et des couvertures en attendant que ses vêtements sèchent, c'était bien la moindre des choses à faire. J'avais répondu à ses questions et je lui avais demandé si lui il allait bien. Il allait normal. Cette réponse me fit sourire doucement. A peine Andrea venait il de s'asseoir sur le canapé que je devais aller chercher Matthew. Je me disais que ça devait lui faire du bien un bon de confort et le fait d'être un peu chouchouté. Je revins m'asseoir aux côtés d'Andrea avec mon fils dans les bras. Ils se tirèrent mutuellement la langue et je priais intérieurement pour pas qu'il le fasse en dehors de ce genre de situation. Je ne voulais pas qu'il soit mal élevé =O. Mais leur complicité me faisait surtout sourire. Je le remerciai d'être venu si rapidement et lui dis que j'espérais ne pas l'avoir dérangé. Je m'en serais voulue si je l'avais gênée dans son travail ou dans une phase de repos. Il me répondit que je ne le dérangeais jamais et que si je n'avais pas appelé, il serait toujours en train de remplir de la paperasse inutile. Je souris doucement et dis avec une pointe d'humour:

-Alors en vérité, je suis ta sauveuse.

Je ris doucement. Le beau blond donna sa main à Matthew qui n'hésita pas une seule seconde avant de jouer avec et de la mordre. Je souris en le regardant faire. Andrea m'expliqua alors qu'il travaillait de toute façon de nouveau le lendemain à 8h mais qu'ensuite lui et son coéquipier auraient deux jours de repos, après en avoir passé 11 d'affilés au travail. Je crois qu'honnêtement, je ne pourrais pas supporter un tel rythme. C'était trop stressant, long et difficile. Je n'aurais jamais pu travailler dans ce domaine, même si je n'avais pas eu Matthew. Je soupirai doucement et lui dis:

-J'espère que tu vas profiter de ces deux jours pour beaucoup dormir et rattraper ton sommeil en retard?

Il planta alors durant un instant son regard dans le mien. Il avait de beaux yeux bleus dans lesquels je m'y serais bien perdue tiens. Il finit par se recoiffer et quant à moi, je reposai mon regard sur Matthew. Heureusement qu'il était présent sur ce coup là. Il me dit alors que c'était cool que mon patron me donne des jours de congé. Et bien là, j'étais entièrement d'accord. J'avais beaucoup de chance que ma patronne soit si compréhensive, les chefs n'étaient pas tous comme ça, bien au contraire. Il imita ensuite son commissaire et je ne pus m'empêcher de rire. Cependant, je n'avais pas voulu un enfant, du moins pas dans la situation dans laquelle j'étais à ce moment là et aussi jeune. Mais je ne dis rien et me contentai de rire suite à son imitation. Il s'excusa mais il n'en avait pas besoin. Je souris. Je me sentais bien quand j'étais avec lui, naturelle. J'avais pas peur d'être jugée ou quoi que ce soit et ça me faisait vraiment du bien. J'étais certes timide et pas toujours à l'aise, mais j'étais moi-même malgré tout et c'était l'essentiel. Il repris la parole en me disant que je m'en sortais vraiment bien avec Matt, que c'était remarquable et qu'il m'admirait, précisant qu'à ma place il aurait surement déjà tout envoyé en l'air depuis longtemps. Je souris doucement:

-J'ai déjà bien souvent voulu tout laisser tomber... Tu sais... Quand j'ai annoncé à ma famille ma grossesse et qu'ils m'ont mise à la porte, quand j'ai réalisé que j'allais être toute seule pour m'occuper d'un bébé, j'ai... J'ai songé à le faire adopter. J'ai trouvé le foyer qui m'a beaucoup soutenue mais c'était pas facile pour autant et quand j'ai du le quitter... J'ai à nouveau songé à l'adoption. J'avais l'impression d'être une mauvaise mère, de tout faire de travers, je devenais dingue surtout quand il se mettait à pleurer. J'ai pas toujours été à admirer.

Je souris doucement. Combien de fois avais-je voulu tout laisser tomber? Combien de fois j'avais pleurer parce que je n'en pouvais plus? Combien de fois je m'étais dis que si je le faisais adopter, il aurait une bien meilleure vie, une vie qu'il méritait, avec un père et une mère présents et aimants? Je me disais qu'avec moi seule comme parent, il lui manquerait toujours quelque chose: la présence paternelle. Chose que je ne pourrais jamais combler, et ce peu importait que je sois la meilleure mère ou non. Je ne pourrais jamais remplacer un père. Je baissai les yeux:

-J'appréhende déjà quand il va aller à l'école et qu'il va voir tout ces enfants qui auront un papa et une maman. J'appréhende déjà toutes ses questions. Comment je vais lui expliquer que son père m'a laissée tomber sans le blesser en lui racontant son histoire non plus?

Je soupirai doucement. Oui, c'était vraiment une chose que j'appréhendais au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Mar 29 Nov - 14:42

Il hochait la tête pendant qu'elle parlait, il n'allait pas être du genre à l'interrompre, au contraire, pour une fois qu'elle se livrait à lui vraiment, il buvait son café silencieux d'une main. Laissant l'autre au petit qui le mordait toujours, ses dents devaient lui faire mal sûrement. Il restait tout calme pourtant face à ça. Pour Andréa était du genre à s'énerver promptement, et pour un rien, cependant, plus il passait de temps avec eux, plus il semblait s'assagir. C'était peut être le calme de Charlie qui déteignait sur lui. Il comprenait toutes ses interrogations et ses craintes. Il se sentait un peu pareil. Enfin oui et non. Il avait perdu ses parents, son frère, sa soeur, et quand ces grands-parents se sont occupés de lui, il se demandait comment qu'il allait pouvoir devenir un super homme comme son père, et toute ses choses. Parce que des grands-parents mine de rien, c'est pas la même chose.

Il se doutait bien que la vie de Charlie n'avait pas été rose, et qu'elle n'allait pas l'être encore vraiment, et il comprenait ce manque paternel, mais il se disait aussi que ce n'était pas que ça, pas que pour Matthew... Pour elle aussi après tout. Elle avait tellement de chose à faire et à gérer en étant mère célibataire, que l'amour ne serait sûrement pas de trop dans sa vie, surtout si cet homme pouvait la combler elle et le petit. Pendant un court instant, il se disait qu'il aurait pu être cet homme là, et finalement, il se résigna bien vite. Il n'avait rien à offrir. Du moins il le pensait fortement. Elle posa une question, vint enfin le moment de sortir de son silence, il cherchait la meilleure phrase à dire, surtout pour la faire sourire.

"Et bien.... Je crois que tu ne devrais pas lui mentir. Même si il est petit. Lui dire qu'il est un cadeau de la vie et que... *repense à ce que lui a dit sa mère en faite* qu'il n'était pas prévu aussi... rapidement mais que tu l'aimes, et que son vrai papa n'était pas prêt pour être papa, mais que... l'homme que tu auras à tes cotés à ce moment, et le meilleur papa au monde, et si tu es seule tu lui diras simplement que Tonton Andy lui apprendra à faire du vélo, et à jouer au foot et à faire ses lacets, et à embrasser les filles, encore mieux que si il avait son papa avec lui."

C'était peut être débile d'avoir dit ça. Il se sentait un peu débile en faite, mais c'était ce que sa mère lui avait dit quand à 6 ans il avait demandé pourquoi il était le seul blond. Elle lui avait dit exactement la même chose, et il avait beau être petit, il avait comprit, et il n'en voulait à personne. Il ne pouvait même pas dire que son vrai père l'avait abandonné, il n'était pas au courant de tout ça. Il se mordait un peu les lèvres et la regardait.

"Tu sais. Je crois pas que vous allez rester seul bien longtemps. T'es juste un peu sur la défensive, et ça se comprend mais.... Il est adorable, et toi tu es géniale. Un mec qui résiste à ça j'y crois pas trop."

Il avouait ça pour lui aussi en faite. Il craquait, mais il gardait quand même ses distances un peu stupides. Il posa la tasse sur la table basse en se penchant vers elle, tourné sur le coté, il planta ses yeux dans les siens et la regardait avec beaucoup de tendresse.

"T'inquiète pas, un jour tout ira mieux."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Mar 29 Nov - 23:09

Je m'étais totalement ouverte à lui. Ne me demandez pas pourquoi, je l'ignorais. J'avais simplement ressentis le besoin de le faire et je trouvais ce moment propice, tandis que mon petit garçon mordais dans la main d'Andrea parce qu'il avait mal aux dents. Oui, j'aurais aimé avoir un père pour Matt. Il y avait autant droit que les autres. J'en voulais à mon ex petit-ami pour m'avoir abandonnée comme il l'avait fait. Et je devais vous confier un secret... Parfois, j'aurais bien voulu qu'Andrea soit celui pour m'épauler et pour partager la vie de mon fils tel un père. Oui, j'aurais voulu qu'il soit plus qu'un simple ami sur qui je pourrais toujours compter. Mais tout ceci n'était qu'un idéal, une chose impossible, sans doute, pour la jeune femme que j'étais. Alors je chassais cette idée de ma tête, bien qu'elle devenait de plus en plus pressante. Puis je posai une question: comment allais-je faire comprendre à Matthew que son père biologique nous avait laissé tomber, sans pour autant qu'il ne se sente blessé ou rejeté? Il m'expliqua qu'il pensait que je ne devais pas lui mentir et tout lui dire dés son plus jeune âge, en lui expliquant simplement que son père n'était pas prêt et qu'il n'était pas prévu aussi vite mais que ça n'empêchait pas qu'il était un véritable cadeau et que les gens autour de lui l'aimaient. Il ajouta que je devrais aussi lui dire que le papa qu'il aurait à ses côtés était le meilleur papa du monde et que si jamais j'étais seule, et bien simplement que ce serait tonton Andy qui lui apprendrait tout, et ce encore mieux que s'il avait un vrai papa. Je souris doucement. C'était touchant. Je faillis céder et pleurer en lui demandant s'il voulait pas être son papa mais ce n'était pas une bonne idée de lui faire comprendre de cette façon qu'il m'attirait. Non non, c'était beaucoup beaucoup trop directe et en plus, ça faisait la fille complètement désespérée xD. J'hochai la tête en souriant un peu plus:

-Merci... Tes paroles m'ont fait du bien, c'est réconfortant.

Je lui étais reconnaissante de toujours être là pour moi quand j'en avais besoin. Il était devenu plutôt essentiel. Je ne m'étais jamais sentie jugée avec lui et c'était sans doute ça qui m'avait permit de m'ouvrir à lui ainsi en ce dimanche soir. Matt s'était finalement rendormis dans mes bras et je souris en le voyant ainsi. Il était si adorable... Observer mon fils m'avait permis de fuir, durant quelques instants, le regard bleu d'Andrea qui me perturbait parfois. Souvent même. Je relevai finalement mon regard vers lui et je vis qu'il me regardait tout en mordillant légèrement les lèvres. Ce fut lui qui reprit la parole, je n'avais rien à dire, intriguée et nerveuse que j'étais, pour être honnête avec vous. Il me dit que d'après lui, nous n'allions pas rester seuls bien longtemps car bien que j'étais sur la défensive, même si c'était plutôt normal, Matthew était adorable et moi, j'étais géniale. Cela me fit rougir et je voulus baisser mes yeux mais j'étais comme hypnotisée par les siens. Il termina en disant qu'un mec qui résistait à ça, il n'y croyait pas trop. Parlait il de lui-même également? Voulait il me dire par là qu'il faisait partis de ceux qui ne résistaient pas? Il posa sa tasse sur la table et planta ses yeux dans les miens, me disant que je ne devais pas m'inquiéter et qu'un jour tout irait mieux. Je cédais. Désolée mais son regard remplis par cette tendresse... Non, je ne pouvais plus résister. Je n'avais plus ressentis ça depuis deux ans et là, je ne tenais plus. Je devais goûter à ses lèvres, maintenant... Gardant Matty dans mes bras, je m'approchai de lui un peu, posant une main sur sa joue et j'approchai mon visage du sien pour finalement déposer un baiser tendre sur ses lèvres. Je me détachai bien vite en réalisant que je m'étais peut-être trompée et qu'il ne me considérait que comme une simple et bonne amie... Je me levai rapidement (mais pas trop, avec le petit bout de chou dans les bras xD) et trouvai une excuse drôlement bidon pour échapper à son regard:

-Je... Je vais le coucher dans son lit...

Je m'éloignai bien vite. Je me sentais affreusement stupide et gênée. J'avais peut-être gâchée une amitié sincère pour quoi? Pour une impression... Je mis Matthew dans son lit et le couvris pour ne pas qu'il ait froid. Et je l'observai, ne sachant pas si je devais ou non retourner voir Andrea. Je soupirai doucement et finis par revenir. Je me rapprochai de lui, mais en gardant cette fois une distance que je jugeais raisonnable et je m'excusai...:

-Je suis désolée Andrea, je n'aurais sans doute pas du faire ça... Je... Je m'excuse...

Et pourtant, ô combien j'en avais eu envie!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Mer 30 Nov - 21:03

Tout ce passa assez rapidement en faite. Peut être trop. Un baiser, un simple petit baiser qui le mit dans tout ses états. Il était délicieux se baiser, divin presque pourtant il avait une terrible envie de partir en courant, de s'enfuir totalement. Et en même temps, il voulait recommencer. Son coeur était enragé à cause de la belle blonde. Qu'on le croit ou non, Andy n'avait jamais eu de copine avant, il s'arrangeait pour que ça ne soit pas si sérieux que ça. Et vers 18 ans, il s'était dit que les femmes d'une nuit ou les sexfriends étaient la meilleure chose qui existait. Cependant, il ne voulait pas de ça avec Charlie. Elle ne méritait pas ça du tout.

Et puis comment lui avouer que tout ce qu'il espérait depuis des années c'était mourir parce qu'au fond, il ne comprenait toujours pas pourquoi lui il avait le droit de vivre et pas les siens ? Comment avouer ça à la seule femme qui le rendait vraiment chose depuis tout ce temps. Pendant son absence, il s'était levé prêt à partir, il aurait voulu partir... Mais il ne put s'y résoudre. Alors il se remit assis, et pria pour trouver les mots juste. Il se frottait les cuisses en soupirant, ce n'était pas un moment agréable en faite pour le coup. Il était beaucoup trop prise de tête à réfléchir sur le pour, le contre, le juste milieu...

Elle revint enfin l'air penaude, visiblement, elle avait aussi du mal avec ce baiser, il n'était pas le seul à ne pas savoir quoi faire, ce qui ne l'aidait absolument pas. Il prit son courage et se redressa doucement pour la regarder, mains dans ses poches, il se mordait les lèvres.

"Ecoute... c'était... super... c'était... bon mais."

Il se sentait totalement con ! Et c'était vraiment le cas de le dire, il avançait vers elle en gardant une toute petite distante, mais à vrai dire il avait juste une envie... recommencer. Rapidement, il prit son visage entre ses mains pour un véritable baiser qui durant on ne sait combien de temps, 3 ou 30 secondes. Il l'arrêta pour murmurer contre ses lèvres.

"Je suis pas le mec qu'il te faut. Un flic... je peux me faire tuer demain.... vous abandonner sans le vouloir. Dis moi de partir Charlie... dis moi de sortir de vos vies."

Il ne le pensait pas vraiment. Certes ça aurait été plus sage pour tout le monde. Mais il ressentait réellement quelque chose pour elle. De l'amour ? aucune idée, il n'avait plus connu l'amour depuis trop longtemps déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Mer 30 Nov - 21:50

Wooh! Ok... Que m'avait il pris? Pourquoi l'avais-je embrassé?! J'étais idiote ou quoi?! Bien sûr qu'il se fichait éperdument de ce que je pouvais ressentir, bien sûr qu'il ne ressentait pas la même chose, c'était évident! Pour fuir son regard, j'étais partis coucher Matthew qui s'était endormis dans mes bras et j'en avais profité pour réfléchir à ce que j'allais pouvoir lui dire pour me justifier, pour me faire pardonner et pour éventuellement rattraper le coup, ne pas gâcher notre amitié. Et finalement, je ne pouvais plus le faire attendre dans le salon. Je vins donc le rejoindre et, gardant une distance raisonnable, je fis la seule chose qui me parue bien en cet instant précis: je m'excusai, lui disant que je n'aurais sans doute pas du faire ça. Il se leva alors et me dit d'écouter. En entendant son hésitation, je me mis à craindre le pire. J'étais prête. Allez vas-y Andrea, envoie moi promener comme je ne sais quoi! Après tout, ça m'apprendra à me taire ou à me contrôler devrais-je plutôt dire. Il m'avoue que c'était super et même bon.

J'avais baissé les yeux quand il avait commencé à parler et je les relevai vers lui en entendant cela. Il s'avança. Je ne bougeai pas, le coeur battant. Il prit soudainement mon visage pour un vrai baiser! La surprise partie, je prolongeai réellement, ne voulant plus qu'il ne s'arrête. J'aurais voulu que cet instant, magique, dure éternellement. Malheureusement tout a une fin. Ce fut d'ailleurs le blond qui y mit un terme. Il murmura contre mes lèvres qu'il n'était pas l'homme qu'il me fallait. Ah? Parce qu'il me fallait un certain type d'hommes? Et je ne le savais même pas? Il me rappela son métier, qu'il pouvait se faire tuer le lendemain même et qu'il pourrait donc de ce fait nous abandonner sans le vouloir. Je connaissais les risques... Je les connaissais très bien, j'avais compris, je n'étais pas idiote. Il me demanda de lui dire de partir, de sortir de nos vies à Matthew et à moi. Je fermai les yeux un instant, posant mon front contre le sien puis je les rouvris et plongeai mon regard dans le sien pour finalement prendre la parole:

-Non... Non, je ne te demanderais pas une telle chose parce que... Parce qu'au contraire, je... J'aimerais que tu sois justement encore plus présent dans nos vies que ce que tu n'as jamais été jusqu'à maintenant...

Je déposai une nouvelle fait un simple baiser, presque chaste, sur ses lèvres. C'était en quelque sorte une façon pour moi de lui montrer que malgré tout les risques, je ne voulais pas qu'il parte. Le fait qu'il me demande de lui dire tout ça, cela m'avait fait comprendre que justement, j'avais besoin de lui. Et pas seulement comme j'aurais besoin d'un bon ami sur qui compter, non, c'était bien plus que ça. Je crois... Je crois que j'en étais amoureuse... Cependant, je ne voulais pas non plus le forcer à rester à mes côtés s'il ne le voulait pas. Je dis donc, d'une voix légèrement tremblante:

-Mais ne reste pas ici si tu n'en as pas envie, juste parce que je te le demande. Reste, uniquement si tu le veux...

Je restais contre lui, mon front contre le sien, mon regard voilé dans le sien. Et j'attendais. J'attendais qu'il me donne une réponse et j'avais peur qu'il ne décide de partir car s'engager d'une manière plus poussée que ce que nous vivions, c'était prendre de sacrés risques; pour tout les deux. Et de sacrés responsabilités pour lui, envers moi mais aussi et surtout envers Matthew...qui changerait peut-être la donne d'ailleurs, pour le faire partir... Car les hommes étaient peu nombreux à vouloir assumer un enfant, et encore moins quand il n'était pas d'eux... Quoi qu'il en était, Andrea pouvait sentir ou entendre les battements de mon coeur tant j'étais stressée à l'idée qu'il ne m'abandonne, mais cette fois-ci volontairement, tout comme l'avait fait le père biologique de Matty; ainsi que mes parents; deux ans auparavant... Pourrais-je le supporter? Je n'aurais guère le choix, ne serait-ce que pour Matthew qui n'avait rien demandé lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Dim 4 Déc - 21:18

Il s'en voulait de lui faire ça, il n'aimait pas être un salaud, et encore moins avec elle, il fallait bien l'avouer. Il l'enlaça tendrement. Comme quoi les flics savaient faire preuve de douceur lorsqu'il le fallait et même Andrea. Il embrassait frêlement son front en respirant son odeur. Elle avait quelque chose d'incroyablement rassurant aux yeux du grand blond. Elle lui r'appellait sa mère, bien des femmes n'auraient pas supporté cette comparaison. Mais pour Andrea sa mère c'était tout. Elle lui avait donné la vie, elle était douce, elle avait toujours tout fait pour lui passant au second plan. Il voyait Charlie comme ça même si elle se sous-estimait à ses yeux. Enfin. Oui si, il pensait ça. Même si au fond, il ne pouvait pas savoir la vérité puisqu'il n'était pas là avant. Il jugeait par rapport à ce qu'il voyait maintenant, et ce qu'il voyait c'était une femme courageuse, une jeune mère célibatante qui méritait de l'attention. Beaucoup d'attention, et il devait bien avouer qu'avec eux tout était plus facile, plus doux, tellement mieux au final.

Il avait tout de même peur de ce que ça donnerait, peur d'être un petit ami pitoyable parce qu'il n'avait jamais vécu ça. Il se mordait la lèvre, adorant son chaste baiser, la tenant contre lui en lui caressant doucement le dos. Il avait l'impression que les choses se compliquées alors qu'elle n'avait jamais vraiment changée. Il voulait savoir comment agir. Il n'avait pas les conseils de son frère, de son père ou de sa mère pour ça. Et ça lui manquait. Il songeait fortement à harceler Liam quand il serait à nouveau ensemble au boulot. Il déposa un baiser sur sa jouer, puis planta ses yeux dans les siens, hésitant tout en voulant rester fort.

"Ca va te paraître bizarre mais j'ai... jamais eu de petite amie, je sais pas vraiment ce que c'est que d'être l'homme d'une femme. Je veux dire... à part pour une nuit de temps en temps. Je sais pas si je suis doué.... Je suis jamais tombé amoureux, je sais pas ce que c'est. Pourtant je sais que ce que je ressens pour toi... c'est différent. Pardon, tu dois me prendre pour un super nase... 21 ans, jamais eu de copine. Pourtant c'est vrai. Et tu me donnes envie d'un avenir autant que tu m'en donnes la trouille."

Elle lui proposait carrément une famille, la chose qui lui avait tellement manqué depuis tout ce temps. Mais la chose qu'il avait le plus peur de perdre à nouveau. Il déglutissait lentement en la regardant avant de l'embrasser à nouveau presque à bout de souffle. Elle était aussi un nouveau commencement auquel il voulait goûter.

"J'ai.... perdu toute ma famille quand j'avais 13 ans... Tu m'offres ce que j'ai toujours voulu r'avoir, et ce que j'ai peur de perdre à nouveau. Pardon. Je suis pas l'homme idéal..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   Mar 6 Déc - 10:53

Il m'enlaça et embrassa doucement mon front. J'étais bien dans ses bras. Allait-il m'abandonner après m'avoir offert de la sécurité au creux de ses bras, durant quelques instants. Je lui fis un chaste baiser pour lui montrer que je voulais qu'il reste, sans pour autant être trop pressante ou collante comme je l'aurais peut-être été avec un baiser plus passionné. Il me tenait contre lui, caressant doucement mon dos. Il embrassa ma joue. A cet instant précis, je crus qu'il allait me planter là, qu'il allait me dire qu'il valait mieux que nous restions amis etc... Tout le blablabla quotidien et classique que je pouvais entendre quoi. Et pourtant, la vérité était que je m'étais largement trompée. Il m'expliqua, me regardant droit dans les yeux, qu'il n'avait jamais eu de petite amie; qu'il n'était jamais tombé amoureux et qu'il ne savait pas ce que c'était, ni ce que c'était que d'être l'homme d'une femme plus que simplement durant une nuit de temps-en-temps; qu'il ne savait pas s'il était doué. Cela me fit doucement sourire. Il continua en disant qu'il savait cependant que ce qu'il ressentait pour moi était différent et que j'allais surement le prendre pour un "super naze" car il avait vingt et un an et qu'il n'avait jamais eu de petites amies auparavant. Je souris encore plus.

Je trouvais ça mignon la façon dont il me confiait tout ça. Il termina en disant que je lui donnais l'envie d'un avenir autant que je lui en donnais la trouille. J'hochai la tête. C'était normal. On avait tous peur de l'inconnu. Au fond, j'avais déjà eu un petit-ami mais un petit-ami qui m'avait abandonnée bien rapidement à la première difficulté alors que je pensais que nous nous aimions vraiment. Du moins, moi je l'aimais vraiment. Alors certes, j'avais de "l'expérience" dans le domaine amoureux mais ce n'était pas une expérience toute rose non plus. Je voulais répondre mais avant que je n'en ais eu le temps, il m'embrassa. Ce baiser, je le lui rendis volontairement avant qu'il ne me confie qu'il avait perdu sa famille à l'âge de treize ans. Oh. C'était une chose que j'ignorais. Je ne souriais pas, ça ne prêtait en rien à sourire. Il m'avoua ensuite que je lui offrais tout ce qu'il avait voulu ravoir un jour mais qu'il avait aussi peur de perdre à nouveau. Il s'excusa une seconde fois, me disant cette fois qu'il n'était pas l'homme idéal. Je souris à nouveau et pris enfin la parole en le regardant dans les yeux:

-L'homme idéal n'existe pas. Et le fait que tu n'ais jamais eu de petites-amies auparavant ne te rends pas plus naze. Pour être franche, je trouve ça chou. Ton honnêteté envers moi me fais plaisir aussi. Et pour finir... Dans ton métier, tu prends des risques tous les jours. Je crois... Je crois qu'il faut aussi en prendre dans sa vie personnelle si l'on veut avancer.

Je souris doucement. J'étais toujours contre lui. J'aurais pu rester comme ça encore longtemps, ses bras me faisant me sentir en sécurité. Cependant, je reculai de quelques pas. Je ne souhaitais pas l'influencer d'une quelconque manière. Le regardant toujours, je finis par dire:

-Je veux prendre des risques avec toi Andrea. Je ne voudrais pas passer à côté de ce qui est peut-être ma chance d'avoir trouvé quelqu'un qui me correspond et m'aime pour ce que je suis, à savoir avec mes défauts et qualités, mais surtout en tant que mère de Matthew. J'ai trouvé en toi cet homme. Mais je ne peux pas te forcer, t'imposer un enfant qui n'est pas le tien. Tu sais ce que je veux. C'est à toi de voir si tu veux nous laisser une chance ou non...

Bien évidement, j'espérais au plus profond de moi-même qu'il reste à mes côtés et que nous formions officiellement un couple, sans pour autant directement fonder une famille car tout ça serait un peu trop précipité, cela va de soi. Mais un début, ce serait déjà une bonne chose. Je souris tristement, angoissée, en le regardant dans les yeux, attendant la réponse tant espérée, à laquelle je devrais pourtant surement cesser de croire pour ne pas tomber de haut, si jamais il me donnait la réponse inverse...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes, we need a friend, and sometimes we need something else... you're something else !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to Las Vegas :: Archives 2011-